CDURABLE.info sélectionne, depuis 8 ans, l'essentiel à savoir de l'actualité du Développement Durable pour comprendre et agir en acteur du changement.
 

IRENA : la première et nouvelle agence internationale dédiée aux énergies renouvelables

« août 2014 »
L M M J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
 
 
Finance - Contribution Economique
75 pays ont signé le traité fondateur d’IRENA (International Renewable Energy Agency)

IRENA : la première et nouvelle agence internationale dédiée aux énergies renouvelables

mardi 27 janvier 2009
Posté par David Naulin

Imprimer Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

Jean-Louis BORLOO, ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du Territoire, a signé aujourd’hui à Bonn, avec plus de 75 pays du monde le traité fondateur d’IRENA (International Renewable Energy Agency), la première et nouvelle agence internationale dédiée aux énergies renouvelables. Créée à l’initiative de l’Allemagne, avec le soutien des gouvernements espagnol et danois, elle sera chargée d’aider les pays industrialisés et les pays émergents à développer les énergies renouvelables.



Première organisation internationale au coeur des enjeux majeurs du XXIème siècle -lutte contre le changement climatique, renforcement de la sécurité énergétique, lutte contre la pauvreté et développement de l’accès à l’énergie- le lancement d’IRENA a rassemblé plus d’une centaine de pays, dont, avec la France, plus de 75 signataires immédiats.

Selon le ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du Territoire, "cette mobilisation massive traduit l’espoir que les technologies d’ores et déjà disponibles en matière d’énergie éolienne, solaire thermique et photovoltaïque, géothermique, biomasse, hydraulique et marine, deviennent encore plus compétitives et fassent l’objet d’une diffusion à très grande échelle sur toute la planète".

Les énergies renouvelables représentent aujourd’hui 18 % de la consommation, dont 15 % pour la biomasse et l’hydraulique. Pour le solaire et l’éolien, les capacités installées connaissent depuis 2002 des taux de croissance à deux chiffres. En 2007, plus de 100 Mds de dollars ont été investis dans les énergies renouvelables et la puissance installée représente hors hydraulique près de 240 GW.

Le coût de l’électricité solaire a déjà baissé de 60 % entre 1991 et 2003 ; le coût de l’électricité éolienne a baissé de 80 % entre 1980 et 2007. A l’échelle mondiale, les énergies renouvelables sont déjà un secteur économique à part entière avec près de 2,4 millions d’emplois en 2006.

Favoriser une transition mondiale rapide

L’agence, avec un budget annuel de 25 millions de dollars, a pour mission de promouvoir le solaire, l’éolien, la biomasse, les biocarburants ou la géothermie (comme l’Agence internationale de l’énergie atomique, AIEA, l’avait fait en son temps pour le nucléaire), afin de sortir la planète d’une économie "tout-carbone" alimentée par le pétrole, le gaz et le charbon. Ses promoteurs veulent aussi jeter des ponts entre le Nord et le Sud en favorisant les transferts de technologie, l’assistance technique et le montage de financements, l’électrification étant une des clés du développement des pays pauvres.

- Télécharger la version française de la brochure de présentation d’IRENA, réalisée par le gouvernement allemand, initiateur du projet

La nomination des dirigeants de l’Irena interviendra en juin, comme le choix du siège. Fer de lance du projet, l’Allemagne défend la candidature de Bonn, mais l’Autriche, l’Espagne, le Danemark, le Kenya et d’autres sont intéressés. Y compris Abu Dhabi. "Nous souhaitons que l’Irena s’installe à Masdar City", dit Sultan Al-Jaber, patron de la société Masdar, promoteur de l’écocité "zéro carbone" qui ouvrira ses portes dans l’émirat en 2016.

"Pendant longtemps, il n’y a pas eu de consensus. Nous nous sommes heurtés à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole [OPEP] et à certains pays industrialisés. L’administration Bush était contre. Et il y a encore aujourd’hui des résistances", note Hermann Scheer, député au Bundestag et président de l’association Eurosolar.

A quoi bon une nouvelle organisation, puisqu’il existe déjà l’Agence internationale de l’énergie (AIE), assurent ses détracteurs dans les colonnes du Monde. "L’Irena devra apporter une vraie plus-value pour justifier son existence, tous les pays signataires sont d’accord sur ce point", prévient Didier Houssin, directeur des marchés de l’énergie à l’AIE. A ceux qui l’accusent de ne pas en faire assez, il rappelle la position son agence : "Le développement des énergies fossiles au rythme actuel n’est pas soutenable." Pour Hans Jorgen Koch, secrétaire d’Etat adjoint au ministère danois de l’énergie et ancien directeur à l’AIE, une nouvelle instance est nécessaire pour lancer un mouvement ambitieux, l’AIE restant le porte-voix des pays industrialisés.

Avis partagé par Jean-Louis Borloo qui a défendu auprès du Président de la République, peu enthousiaste selon Le Monde, la signature de ce nouveau traité. « IRENA sorte « d’agence pour l’énergie renouvelable sans frontières » sera l’agence de la transition énergétique, de l’énergie du nouveau siècle, d’une énergie à la fois durable, et sans frontière. Elle permettra de diffuser une énergie à la fois sobre en carbone, locale et sûre dans un monde où 1,6 milliards d’êtres humains n’ont pas encore accès à l’énergie. Je suis convaincu qu’IRENA sera demain un acteur déterminant de la révolution énergétique et écologique. Parallèlement à l’amélioration de l’efficacité énergétique pour réduire nos besoins, la mise en commun des compétences mondiales en matière d’énergie renouvelable est une décision cruciale dans cette course contre la montre. Elle devrait en outre permettre la mise en place de meilleurs moyens pour atteindre les 23% d’énergie renouvelable décidés dans le cadre du Grenelle Environnement et du paquet Climat-Energie européen. C’est aussi un nouvel outil et une bonne nouvelle sur la route de Copenhague pour décembre 2009. La France est fière d’être pays fondateur d’IRENA » a indiqué Jean-Louis BORLOO dans un communiqué de presse.

Parmi les premiers signataires (plus de 75 pays au total à ce jour) : France, Allemagne, Autriche, Chili, Colombie, Danemark, Egypte, Espagne, Ghana, Inde, Islande, Jordanie, Kenya, Lituanie, Mali, Maroc, Nigeria, Norvège, Pays-Bas, Pakistan, Philippines, Pologne, Roumanie, Serbie, Slovaquie, Suède, Syrie, Turquie. Mais certains grands pays (Etats-Unis, Chine, Japon, Brésil…) ne s’y associeront pas dans l’immédiat.

Article lu 2824 fois



Forum

  • IRENA : la première et nouvelle agence internationale dédiée aux énergies renouvelables
    2 mars 2011, par CHRIS

    CONSULTANT ÉNERGÉTIQUE ACTUELLEMENT EN TUNISIE JE CHERCHE A REJOINDRE UNE UNITÉ
    OPÉRATIONNELLE DANS LA RECHERCHE ET L’APPLICATION DES SOLUTIONS ÉNERGÉTIQUES
    PEU IMPORTE LE LIEU
    CAUSE DE RÉVOLUTION JE SUIS EN PANNE

  • IRENA : la première et nouvelle agence internationale dédiée aux énergies renouvelables
    2 septembre 2009, par Guillermain

    Bonjour.

    je suis en lutte depuis de nombreuses années, nous allons voir ce que l’IRENA me réponds. En effet je leur est devoilé que j’ai inventé un générateur garvitationnel qui permettra d’avoir de l’électricité autonome et propre 24/24h à 0, 015€ le kw/h. J’écris seulement ce qui est vrai, util et bon, car notre temps est trop precieux.

 

Accueil du site | Contact | Mentions légales | Espace privé | Statistiques
Nombre de visiteurs 8261540

43 visiteurs en ce moment | Site réalisé avec SPIP |un site CDURABLE online

Agence MC Cdurable CDURABLE.com

RSSfr

Creative Commons License : Firefox


__________________________________________
Google
Loading
  Maison
La maison durable
  Cdurable.com
Agir pour un monde durable